C'est l'actu / France 04.02.17

Touche pas à mon Derby

Partager l'article :

Je suis lyonnais. Je ne porte jamais de vert, je n’ai aimé ni Schrek ni Hulk, j’évite de m’asseoir sur un siège 42, je suis plus Jet 31 que 27 et surtout « y avait pénalty sur Nilmar ». Malgré tout, un de mes meilleurs potes est stéphanois. Personne n’est parfait. Il s’appelle Mathieu mais on l’appelle Teill’. Il n’est pas très grand, souvent bourré et plutôt très intelligent. Enfin presque, il supporte les verts. Du coup, au moins deux fois par an, on se taquine un peu avec Teill’. Une fois, j’ai tagué “Sale vermine” sur un des murs de sa chambre. Il avait enfin une bonne raison d’être vert (sic). Du coup, il s’est torché avec mon maillot de Jérémy Berthod ce con. Il est excessif Teill’, mais je ne lui en veux pas, c’est ça l’esprit du derby. Ça nous rend un peu con, mais c’est notre truc à nous. Vous ne comprendriez pas, et d’ailleurs on ne vous demande pas vraiment de comprendre…

Mardi à Marseille en Coupe de France, Anthony Lopes lui, il a rayé au feutre le nom de St-Etienne sur son maillot de Coupe de France. Ça m’a fait marrer, Antho c’est un vrai Gone. Plus jeune, il allait en virage à Gerland. Il adore ce club et partage ses “valeurs”. C’est de plus en plus rare dans le foot. Mais Teill’, il ne l’aime pas Lopes. Je le comprends, mais au fond, je sais qu’il a kiffé l’histoire du feutre. Il est juste déçu que Loic Perrin n’aie pas eu la même idée. Du coup, il m’a expliqué que « Lopes, c’était une Pénélope ».

Cette semaine, c’est le derby donc. Du coup, j’ai passé la semaine en mode autiste à consulter les réseaux sociaux, à écouter la radio et à lire la presse. J’avoue, j’adore les vieilles histoires des Lacombe, des Sarramagna, des Rocheteau ou des Domenech. Ils radotent les cons, mais ça m’amuse. Et ça m’inspire : « Emmenez moiiiii à Geoffroy Guichaaaard… ».

Mais ces derniers jours, le folklore a foutu le camp. Il n’y en avait que pour PénéLopes dans les médias. Ben ouais, je ne l’ai pas vu venir mais il parait que c’est très grave ce qu’a fait Antho Lopes. Il parait que c’était complètement inconscient même, qu’un jour, il va y avoir un mort. Putain, c’est fou le pouvoir d’un feutre noir. Du coup, il s’est excusé Antho Lopes. Ben oui, c’est un mec bien, et il ne veut pas de mort sur sa conscience Antho. Il est Charlie merde. Ou pas d’ailleurs. On ne sait plus trop bien en fait…

Ben ouais, on ne sait plus très bien car putain, je croyais qu’on s’était battu pour une certaine liberté d’expression, pour pouvoir se marrer de tout, et pour pouvoir dire “merde” sans se prendre des rafales de kalache. Mais il faut croire que le mal est fait. Nous vivons dans un monde de plus en plus réac. On ne peut plus rien dire, on ne peut plus rien faire. Tout est mépris, tout est mal pris. Le criminel est une victime, et la victime est le criminel. C’est la dictature des cons qui ne savent plus mettre de nuances. On se doit se respecter les croyances de l’un et la folie de l’autre.

Évidemment, il y a quelques abrutis qui dépassent les bornes. C’est vrai dans la vie, c’est vrai dans le derby. Mais rien ne devrait justifier la connerie et la violence de certains et surtout pas un petit chambrage des familles à quelques jours du derby Sainté-Lyon #JeSuisAnthoLopes

Oui je suis Antho Lopes car la vie ne vaut la peine d’être vécue que si elle est sale et passionnée. Vivre, c’est s’aimer, c’est s’engueuler, c’est se réconcilier. Vivre, c’est baiser. Vivre, c’est sortir avec ses potes, c’est se bourrer la gueule. C’est faire deux ou trois conneries, c’est regretter, c’est pardonner. C’est promettre de ne jamais recommencer, c’est recommencer. Vivre, c’est rire, c’est pleurer. Ouais, le derby, c’est un petit peu la vie. Et arrêter de nous la brider !

Alors, ne touchez pas à notre derby. Laissez nous vivre notre rivalité ancestrale et nos chambrages à deux balles. Laissez Lopes barrer le nom de St-Etienne s’il en a envie, laissez Bats accrocher une écharpe des Bad Gones devant les Green Angels, laissez les Stéphanois nous traiter de sale bourgeois et chanter « Le Lion est mort ce soir ». Le derby, c’est ça. Ce sont des voisins, des cousins, des confrères, des collègues, des clients, des patrons, des parents qui se font la guerre à grand coup de blagues pourries et de provocations ridicules.

Mais comprenez que je n’échangerais mes voisins verts contre rien au monde. Je suis content qu’ils existent. Allez je le dis : « je vous aime les Verts… mais allez bien vous faire foutre ! ».

Tom Bally

61 Articles

@Tom_BeFoot
Partager l'article :