Culture foot / Il était une fois le foot 21.01.14

Ode à El Raton

Partager l'article :

L’actualité du jour nous amène à vous parler d’un joueur, ou plutôt d’un lutin Corso-lyonnais d’1m64 qui revient sous les feux de la rampe grâce à la bonne vieille Coupe de France… Un joueur fantasque, chambreur, fêtard qui respire le foot et qui, s’il n’a pas eu la carrière internationale qu’il méritait (N.D.L.R. : la faute à une libido débordante et un forfait SMS illimité), dispose de l’un des plus beaux palmarès français des 10 dernières années.

Vous l’avez compris, à l’aube du match opposant son club amateur de Chasselay et le club où il passa l’essentiel de sa carrière Monaco, nous allons évoquer la carrière de Ludovic Giuly, aka. : la Mobilette, le Lutin Magique, Speedy Gonzales, le Feufollet, El Raton et même selon une légende urbaine la Poutrelle de Monte-Carlo !!

D’un triplé en 97 lors d’un 8-0 contre l’OM en passant par une Madjer contre le Real en Ligue des Champions pour finir par un ciseau en lévitation contre Lens (cf. video), les histoires ne manquent pas pour évoquer ses faits d’arme… Pour parler de l’artiste, BeFoot a ressorti du placard les Fleurs du Mal et le CD de Grand Corps Malade et vous propose son Ode à Ludo.

Né à Vénissieux dans une famille de footeux, jusqu’à tes 10 ans tu veux être goal volant,
C’est sans compter les circonstances, en termes de croissance t’as pas eu de chance, même Paga te tance,
Formé à Lyon, tu y gagneras tes premiers galons, tu y deviendras  le Lutin Magique, ton premier surnom
25 ans qu’ils n’ont pas gagné de compétition, visionnaire tu quittes Lyon pour un record à 8,4 millions

Arrivé à Monaco, tu imposeras vite ton modjo, pour gagner en 2000 le titre avec Gallardo
Plus assidu en boite de nuit qu’à la Turbie, tu n’es pas loin de signer pour Bacardi
Longtemps tu te cherches capillairement mais tu gagneras par ton talent, le droit de représenter les Francs
Face à une opposition digne de cette compétition, tu soulèveras même la Coupe des Confédérations

En 2004 tu deviens capitaine d’un vaisseau rouge et blanc, qui se déchaine sur tout le continent
Contre les galactiques du Réal, tu nous régales, d’un doublé historique et transcendantal
En finale pour ton malheur, tu te déchires l’adducteur, le Special One devient sur l’heure un grand entraineur
Ton bobo te privera de l’Euro, un transfert et un nouveau maillot seront tes cadeaux

En 2005 un texto malheureux, fait de ta carrière en bleu, un putain de vœu pieu
Par le Boucher jaloux tu es banni, alors que seul le Messi, au cours de ta carrière te mettra la Sère-Mi
Bien des années après, personne ne peut te reprocher, d’avoir voulu la forniquer,
On va la jouer franco, à Knysna lors du fiasco, le souvenir de ce texto, apaisa un peu nos sanglots

Par tes débordements, 1er français à y imposer son talent, avec les catalans tu règneras sur le continent
L’avènement d’un petit scélérat nommé la Pulga, te poussera dans les bras de la Roma
En Italie le Catenaccio ne fait pas du bien à tes ratios, en plus en boite y a pas de Patrimonio
De retour chez les tiens tu assènes encore quelques coups de rein chez feu le Paris Saint-Germain

Fini les matchs au Camp Nou bienvenue au Roudourou, Monaco relégué tu veux être des happy few
Après Messi et Eto’o, tu découvres enfin le haut niveau, au coté de Coulibaly et Sennah Mango*
*N.D.L.R. : titulaire indiscutable à Luzenac depuis 2 ans
Soyons honnête tu n’avais plus le jus, mais pour ce retour fort couillu, le respect t’est du
Un peu léger pour la guerre des tranchées, tu te fais salement lourdé par un Mister fraichement recruté

Trop bon trop con mais toujours avec passion, tu cherches un ultime rebond chez les bretons
Chez Gourcuff plus question de jouer les tartuffes, sur sa pelouse Leroy Merlin tu dois trimer comme un gamin
L’entrainement n’est toujours pas dans ton tempérament, fatigué par l’autre Taliban, tu finis par cirer le banc
Pour ton 401ème et ultime soir, tu recevras en hommage du Moustoir, une ovation jaculatoire

Depuis toujours honnête, tu continues d’allumer la mobilette pour le club de tes premières chaussettes
Avec la coupe tu reviens dans la lumière, pour un dernier coup de starter et on l’espère une petite Madjer
Après des années de labeur, pour aider ton club de cœur, tu redeviens comme nous amateur
Alors que tu gagnes ou pas, avant ce match de gala, on voulait te dire Ludo : « t’es un bon gars ».

2 Articles

Partager l'article :