L’affaire n’a pas fait grand bruit dans les médias, mais l’histoire de Sahar Khodayari est terrible. Amoureuse du football depuis son plus jeune âge, la jeune femme se déguisait régulièrement en garçon afin d’assister aux matchs de son équipé préférée, Esteghal.

En Iran, l’accès aux stades est toujours interdit aux femmes

Surnommée « la fille bleue », Sahar se maquillait aux couleurs de sa formation favorite et se faisait passer pour un homme aux abords du stade. Grâce à ce petit tour, elle pouvait voir assez souvent les rencontres en tribunes, ce qui est formellement interdit pour une fille/femme en Iran.

Malheureusement, Sahar Khodayari a été repérée et poursuivie en justice suite à cette vidéo qu’elle a posté sur Twitter en mars dernier.

Invitée à passer 6 mois en prison en attendant son jugement, la jeune femme de 30 ans a préféré s’immoler devant le tribunal de Téhéran, avant de succomber à ses blessures quelques heures plus tard, le 9 septembre 2019.

L’Iran suspendu des compétitions internationales ?

Touché par la nouvelle, le capitaine de l’équipe de football d’Iran, Masoud Shojaei a tout de même exprimé sa tristesse sur Instagram, juste après le succès contre Hong Kong :

La victoire la plus amère et la plus triste de l’équipe nationale. Nous avons marqué deux buts et remporté le match sur le terrain. Mais nous avons perdu parce que Sahar n’est plus.

Honte à moi de n’avoir pu rien faire et honte à ceux qui ont enlevé le droit le plus évident à Sahar et à toutes les Sahar.

Depuis le décès tragique de Sahar, célébrités, footballeurs ou militants en appellent à la Fifa sur les réseaux sociaux, pour bannir, ou du moins suspendre, l’Iran des compétitions internationales, et aux fans pour boycotter les matchs.

Iran : Sahar Khodayari, morte pour avoir voulu aller au stade !