Hors jeu ! / Médias 24.03.17

Touche pas à Téléfoot

Partager l'article :

« Dimanche dans Téléfoot… ». Qui n’a jamais rigolé devant cette phrase prononcée par feu Christian Jeanpierre et désormais Grégoire Margotton en plein match de l’équipe de France en se demandant « mais qui regarde encore Téléfoot de nos jours ? ». Mais ça, c’est justement parce que vous ne regardez plus Téléfoot et on va vous expliquer pourquoi c’est une erreur.

Déjà, on vous voit venir à dire qu’il n’y a aucune image dans cette émission et seulement des interviews de Didier Drogba, des immersions chez Eden Hazard ou un portrait d’Antoine Griezmann qui tournent en alternance. Bon, pour la partie magazine, on va pas se mentir, c’est un peu le cas. Mais en ce qui concerne les images, il ne manque pas grand-chose lorsqu’on recherche l’essentiel, à savoir les buts des grands d’Europe avec un focus sur les Français. C’est bien simple, tout y est, même la moindre roulette de Paul Pogba ou le plus beau tacle de Samuel Umtiti. Et pour les nostalgiques de la grande Équipe du Dimanche, sachez que les buts de Leganes-Espanyol ou les arrêts d’Handanovic ne sont montrés par personne à la télévision, donc pas de regrets et pas de comparaison défavorable possible. De toute façon, ceux qui sont intéressés par ce type d’images peuvent les trouver sur internet ou sont déjà abonnés à BeIN Sports.

En plus, on a droit à un résumé un peu plus étendu par week-end d’une grande affiche, souvent en Angleterre mais c’est parce qu’il y a des chocs tout le temps là-bas et que ça joue souvent le samedi (et de toute façon, personne n’a SFR Sport). Le traitement n’est pas exhaustif mais largement suffisant pour qui souhaite rattraper vite fait l’actu foot de la veille. Que demander de plus ? La L1 peut-être ? Mais personne n’a les droits en clair hormis le CFC de toute façon, sauf pour montrer 1 minute 30 d’images à l’arrache dont 30 secondes maxi par match (et encore, pour ça, faut se coltiner Stade 2). Et puis, il y a la journée en GIF maintenant pour ça !

Pour ceux qui n’ont pas le temps de zoner sur Twitter ou Facebook toute la semaine ou de regarder l’excellente Équipe Type (faut bien s’occuper des gosses hein), la séance de rattrapage du Fast Foot est aussi super efficace : en 4 minutes, on a tous les buts mémorables de la semaine « dans les championnats dont tout le monde se fout » comme dirait l’autre, ou encore toutes les célébrations débiles qui ont fait le buzz. Une séquence qui permet de rester quand même à la page et de ne pas être exclu quand votre fils ou vos potes du foot s’extasient tous du geste fou d’un obscur joueur paraguayen qui évolue en Chine. Bein oui parce que, de nos jours, même si tout le monde s’en tape, c’est quand même cool de l’avoir vu. En bonus, on a même les buts des footeux du dimanche, dont parfois quelques pépites, de quoi ravir les amateurs de football vrai que nous sommes.

Pour les plus sceptiques, notez qu’il y a au moins une fois par semaine un reportage pas si mainstream que ça, en dépit des apparences. En effet, si le prétexte est souvent un peu bateau, du style « sur les traces de Lo Celso », « Aubameyang en pleine bourre » ou « la nouvelle vie de Gignac », les moyens déployés sont souvent intéressants : un journaliste sur place, interviews de proches ou de techniciens, images d’archives et parfois suivi de supporters « en immersion » – mais sans Harry Roselmack. Mine de rien, ça permet de découvrir quelques trucs ou d’en apprendre un peu plus sur certains joueurs comme Moussa Dembélé du Celtic par exemple ou encore Sébastien Haller d’Utrecht, voire sur certains championnats comme celui du Mexique que seuls les puristes connaissaient/suivaient avant l’exode d’APG. Pour une émission grand public, voire footix, c’est quand même pas si mal.

Enfin, la partie équipe de France est souvent amusante et parfois instructive sur la vie de groupe grâce à Bleu confidentiel. Si le ton est globalement bienveillant (faut pas fâcher le client) et les images principalement fournies par la FFF, c’est plutôt pratique d’avoir accès à ces moments de coulisses sans avoir à aller les chercher sur le site de la fédération. Le côté partenaire privilégié de TF1 permet aussi d’avoir quelques entretiens exclusifs en plus des traditionnels plateaux à Clairefontaine. Avec un peu de bol, ça donne même parfois des moments mythiques de télévision comme avec Ribéry en claquettes en 2010.

Alors oui, Charlotte Namura n’apporte rien (mais comment lui en vouloir vu ce qu’on lui confie, à l’image de Marie Portolano) et Edouard Cissé est peut-être l’un des consultants les plus tièdes du PAF, mais la complicité CJP-Lizarazu fonctionne bien, Fred Calenge est un excellent copilote et l’émission est dynamique. On vous invite donc vivement à au moins retenter l’expérience un de ces quatre, histoire de vous (re)faire un vrai avis et d’arrêter de vous fier aux idées reçues. D’ailleurs, dimanche dans Téléfoot…

PP

52 Articles

@pierre_pat
Partager l'article :