Hors jeu !, Politique

Présidentielles 2017 : les programmes

À quelques jours du 1er tour, beaucoup d’entre vous hésitent encore. Ne paniquez pas, BeFoot est là pour aider les indécis. On s’est penché sur les programmes des 5 principaux candidats pour vous aider à les décrypter les programmes. Ça nous a pris du temps mais si ça peut vous servir…Voici en exclusivité mondiale les 5 mesures footballistiques phares de chaque candidat.

Benoît Hamon

1/ Revenu universel dès l’âge de 16 ans
LA mesure phare de Benoit Hamon. Tout licencié de la fédération française de football, de 16 ans ou plus, se verra attribué un « revenu minimum d’existence versé sans condition » de 75 000 euros par mois (750 euros x 100 en cohérence avec la branche d’activité). Une mesure à but incitatif pour lutter contre le chômage notamment chez les jeunes et leur permettre « de vivre décemment ».

2/ Transition écologique
Benoit Hamon amorce dès le début de son quinquennat la transition écologique du monde du football. Des panneaux solaires sont installés sur l’ensemble des toits des stades de L1, ce qui entraine assez couramment des pannes d’électricité. Les clubs sont contraints d’utiliser des pelouses en gazon issu de l’agriculture biologique et il est désormais interdit d’arroser les pelouses avant les matchs pour ne pas gaspiller. « Il n’y a pas de petits gestes » commente le socialiste.

3/ Mise en place d’un 49.3 citoyen
Une mesure originale afin de rendre le football au peuple et lui permettre d’exercer un contrôle sur les politiques sportives des présidents de club. Le concept est simple : si les supporters sont mécontents d’une décision de leur président, il leur suffit de réunir 450 000 signatures pour bloquer la réalisation de cette décision. Une mesure directement inspirée de l’affaire Mounier et des supporters de l’ASSE.

4/ Légalisation du cannabis
Le cannabis fait son apparition sur les pelouses de L1 afin « de mettre fin à l’insupportable hypocrisie sur le sujet ». Bernard Lama reprend du service à plus de 54 ans et devient le plus vieux joueur à fouler une pelouse de L1.

5/ Instauration d’un visa footballistique humanitaire
Benoît Hamon souhaite que « la France montre plus de solidarité envers les réfugiés ». Pour cela, il imagine une mesure innovante avec la création d’un « visa footballistique humanitaire » que tout réfugié pourra demander et grâce auquel il pourra venir en France et jouer en L1. Dans le même temps, chaque club de L1 devra accueillir un réfugié dans son effectif.

Marine Le Pen

1/ Sortie de l’Europe
La mesure phare de Mme Le pen qui décide unilatéralement de retirer les clubs français de toutes compétitions européennes. L’ASM sera par exemple contrainte de déclarer forfait en demi-finale de la Ligue Des Champions. Tout ça pour ça.

2/ Renforcement des moyens alloués aux arbitres
Fini le laxisme sur les terrains de foot. Pour arriver à ses fins, Marine Le Pen met les moyens et décide de renforcer fortement le budget alloué à la « Police des terrains de foot, les arbitres ». Elle instaure l’arbitrage à 15 afin que « plus aucun acte de délinquance n’échappe aux arbitres ». Les équipements sont également modernisés. Les arbitres sont désormais armés à l’image de la bombe lacrymogène, mise en place afin de faire enfin respecter la distance des murs sur coup-franc. Enfin, des peines de prison fermes sont prévues en cas de carton rouge. Cahuzac est très rapidement condamné à la perpétuité.

3/ Mise en place d’un protectionnisme intelligent
Afin de favoriser le marché intérieur français, Marine décide d’instaurer une taxe de 75% du prix du transfert sur les joueurs achetés à l’étranger. Une taxe qui ira directement dans les caisses de l’Etat. Le PSG est contraint de payer Alexis Sanchez 105 millions d’euros (60M€ + 45M€ de taxe), ce qui en fait le transfert le plus cher de l’Histoire du foot. Réaction de Nasser : « C’est scandaleux mais elle me connait mal, j’ai de la tune ! ».

4/ Instauration de quota de joueurs étrangers à un taux ferme de 20%
Une mesure visant directement à favoriser les joueurs nés sur le sol français. Concrètement, chaque club ne pourra aligner sur la feuille de matchs que 20% de joueurs étrangers. A notre qu’une vérification des papiers d’identité aura désormais lieu avant chaque match de L1. Un peu long mais nécessaire.

5/ La Marseillaise à chaque match de L1
Désormais, chaque rencontre de L1 sera interrompue à la 30ème minute afin de laisser place à une « Marseillaise ». Avec bien entendu obligation de chanter les paroles. Le transfert de Karim Benzema, un temps pressenti de retour à l’OL, capote : « Je ne peux pas revenir, je ne connais pas les paroles » déclare-t-il, déçu à l’Equipe.

François Fillon

1/ Obligation d’embaucher un membre de sa famille
Désormais, chaque coach de L1 devra embaucher un membre de sa famille au moins dans le club où il exerce ses fonctions. François Fillon se permet même de donner des pistes : « N’hésitez pas à embaucher votre femme comme adjoint ».

2/ Fin de la Sécurité Sociale pour les footballeurs
Fillon pointe du doigt « ces footballeurs qui passent leur temps à l’infirmerie et qui coutent très chers à la société ». Sans les nommer, il s’attaque notamment à Abou Diaby et Yohann Gourcuff. Il décide donc tout simplement de supprimer le remboursement des soins pour les footballeurs. Ce qui par la même occasion lui permet « d’économiser des postes de fonctionnaires, qui n’auront plus à traiter leurs feuilles de soin ». La vie est bien faite.

3/ Plus de match le dimanche et retour à l’uniforme
L’interdiction des matchs le dimanche est une mesure murmurée à l’oreille de Fillon par Sens Commun. Le dimanche, c’est le jour du seigneur. Point. Quant au retour à l’uniforme, il est là pour rappeler que tous les clubs sont égaux.

4/ Retraite à 45 ans
L’ancien premier ministre est clair sur le sujet : « les footballeurs aussi doivent participer à l’effort global pour financer un système de retraite en perdition ». Ils devront travailler plus longtemps. Prendre sa retraite avant 45 ans est désormais interdit par la loi. Pour info, Zizou, 44 ans, revient donc sur les pelouses de L1. Youpi !

5/ Fin de l’ISL
Je ne suis pas là pour faire la « guerre aux riches », déclare Fillon. L’ « Impôt Sur les Loges » disparaitra : les prix des places en loge seront désormais les mêmes qu’en tribune populaire dans tous les stades.

Jean-Luc Mélenchon

1/ Europe : plan A et plan B
JLM est très clair sur le sujet : il faut changer les règles. Soit les autres équipes européennes notamment allemandes et espagnoles nous laisse gagner la Ligue Des Champions (Plan A) soit nous quittons les compétitions européennes (Plan B). Une mesure pas très bien accueillie par nos petits copains étrangers.

2/ Entrée dans l’alliance bolivarienne
Suite à l’entrée de la France dans la fameuse alliance bolivarienne, les clubs de L1 se voient contraints d’aligner à chaque match « au moins un joueur né sur le sol du Venezuela ». JLM s’explique : « Il y a de très bons joueurs pas chers au Venezuela. Chavez par exemple était un arrière droit solide et dur sur l’homme »

3/ Plafonnement des salaires et lutte contre la fraude fiscale
Jean-Luc Mélenchon décide de plafonner les salaires entre 1 et 25. Le joueur le mieux payé de L1 touchera donc 25 fois plus que le moins bien payé. Une mesure qui baisse la masse salariale du PSG de 88%. La fraude fiscale, elle, est une des priorités de JLM. Fort logiquement, Jean-Luc Mélenchon commence son quinquennat en s’attaquant l’AS Monaco : « Soit ils rendent l’argent, soit ils dégagent ».

4/ Abrogation de la goal-line technologie et de l’arbitrage vidéo
L’Humain d’Abord. C’est le grand retour en arrière sur la goal-line technologie et l’arbitrage vidéo en général que JLM qualifie de « loi El-Khomry du foot ». Michel Platini est même nommé ministre des sports pour stopper toute avancée technologique. Afin de privilégier le « dialogue plutôt que de répression », Mélenchon décide également d’enlever tout signe d’autorité aux arbitres. Les sifflets ainsi que les cartons disparaissent.

5/ Nationalisation des infrastructures privées
Le tribun décide du passage sous giron public des stades comme la MMArena ou le Parc OL car « ces stades font partie du patrimoine national ». La mesure trouve pas mal de détracteurs, notamment chez Jean-Michel Aulas, qui s’en donne à cœur joie sur son compte twitter « Dans quel monde vit-on ? Ici ce n’est pas le Venezuela Monsieur Mélenchon #scandale »

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron n’a pas souhaité répondre à nos questions et s’est contenté d’une déclaration « En même temps, il y a des bonnes choses chez tous les autres candidats. Je suis d’accord avec eux ».

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laisser un commentaire